Angest Herre/Hordah Blaästhiir – Suite Neurasthénique Pour la Pendaison

230428Dans le milieu undergound, il y a du bon, du moins bon, et parmi tout cela, de l’excellence parfois difficile à dénicher. Lors de mes errances Discogs-iennes, je m’amuse à chercher des labels peu connus, car ils peuvent parfois éditer des artistes inconnus de talent. C’est donc lors d’une journée d’errance que je suis tombé sur Ogmios Undergound. Très vite, parmi la quelque vingtaine de titres présents, mon œil fut attiré par un titre peu commun : “Suite Neurasthénique Pour la Pendaison” semblant être un split entre Angest Herre et  Hordah Blaästhiir. Et malgré la connaissance que je peux avoir du milieu underground, je n’avais jamais entendu parler de ces deux artistes. Normal, le premier n’avait sorti qu’un premier CD sur le même label, quant au deuxième, la “Suite Neurasthénique..” reste sa seule apparition.

Alors, un groupe inconnu avec un titre semblant inspiré d’un Lacan dépressif, ça donne quoi? Les trois premiers morceaux d’Angest Herre sont tout simplement prenants dès la première écoute. A l’instar d’un Lustre, Angest Herre nous assène des riffs répétitifs et lancinants, injectant dans sa musique son désespoir le plus profond. Beauté et mélancolie se rejoignent dans une musique influencée par un Funeral Doom digne de Ras Algethi, le côté mystique en moins, ne laissant transparaître qu’une sensation d’immense solitude. (mention spéciale au morceau Dans les Ombres).

Hordah Blaästhiir, quant à lui, n’est pas metal. Ses trois morceaux aux titres provocateurs (Toute Cette Infamie Bipède Chiée Par Des Salopes Névrosées) font plus penser au Fly Pan Am version Eros Nécropsique. D’ailleurs, il est bien question là de post-rock. Trois morceaux longs, sombres, distillant une ambiance éthérée et malsaine, Hordah Blaästhiir prend son temps, pose sa voix écorchée sur sa musique écorchée. A noter que le 3ème morceau est une reprise de Xasthur (Triste Pâleur Necrotique – mais n’étant pas un fan de Xasthur, je ne connais pas le titre original)

Limité à 100 copies, l’album peut encore être trouvé dans le marketplace de Discogs.  (La version CD est diffusée par Cruciatus.)

Par ailleurs, l’album est écoutable en entier sur youtube, ce qui m’intrigue tout de même fortement. C’est un bon moyen de découvrir l’oeuvre, mais si elle vous plait, achetez là, ce n’est pas cher, et ça fait vivre des petits labels qui le méritent.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *